Retour sur le Salon de l’auto de Montréal: la Felino cB7 et de la Tomahawh

Retour sur le Salon de l’auto de Montréal: la Felino cB7 et de la Tomahawh

Comme chaque année, les passionnés d’automobile se sont donné rendez-vous au Salon International de l’Auto de Montréal (SIAM). Ce dernier a pris possession du Palais de Congrès du 17 au 26 janvier 2014 pour le plaisir de tous.

Pour la 46e édition, plus de 200 000 personnes se sont donné rendez-vous pour découvrir les dernières actualités automobiles. Au menu, le dévoilement de nouveaux bolides bien sûr, mais aussi des activités, des essais routiers, et bien évidemment des concours.

Des voitures de rêves Le but premier du Salon de l’auto de Montréal, est bien sûr de faire découvrir les dernières innovations des constructeurs automobiles. Et le moins que l’on puisse dire est qu’ils se donnent le mot pour repousser les lois de la créativité alliée à la technologie. Les plus grandes marques sont représentées, mais on a retenu notamment la présentation de deux modèles québécois. En effet, les visiteurs ont pu assister au lancement de la Felino cB7 et de la Tomahawh.

La Felino cB7

La Felino cB7 Source : gtspirit.com

La Felino cB7 a entièrement été conçue par l’ancien pilote automobile québécois, Antoine Bessette. Ce dernier a réalisé LA voiture de ses rêves. Parti d’une idée qu’il a eue dans son salon il y a 3 ans, son bébé a enfin vu le jour.

Entouré d’une équipe d’ingénieurs et soutenu par un établissement financier spécialisé dans les placements à haut risque, Antoine a fait naître la Felino cB7 qui a mon sens, a des airs de voiture de super héros. Avec son châssis tubulaire et sa carrosserie en fibre de verre et de carbone on lui trouve quelques ressemblances avec une Ferrari.

La Tomahawh

La Tomahawh Source : superlightcar.ca

Il aura fallu pas moins de 8 années pour élaborer de concepts différents. Le créateur M. Dubuc peut être fier, car il compte environ 50 commandes alors qu’il misait sur une douzaine pour la première année de production.

Ses clients situés du monde entier (Australie, Dubaï,…) se sont déplacés jusqu’à Montréal pour découvrir le concept car. L’objectif de Mario Dubuc est tout d’abord de réaliser une auto facile à assembler et surtout de tout réaliser dans la belle province du Québec. Son objectif est donc atteint et il a commencé à réaliser les bolides commandés début février.

Des attractions pour les visiteurs

La zone Performance est revenue cette année. Présentée par Volkswagen, les visiteurs pouvaient découvrir des voitures modifiées dans une atmosphère des plus électrisantes. Ceux qui voulaient pouvaient prendre le volant et participer à des essais routiers sur des modèles électriques et des modèles hybrides. Le continent nord-américain vibre encore au son des moteurs automobiles puisqu’en ce moment c’est la ville de Détroit aux États-Unis qui accueille son salon de l’auto… De quoi nous faire rêver!

Service d’importation pour Volkswagen Combi et Westfalia

Service d’importation pour Volkswagen Combi et Westfalia

5788619770_76a1acd019_z

Volkswagen va arrêter la production du “Kombi”, un véhicule qui a marqué toute une génération. Le constructeur allemand a décidé de commercialiser sous une édition spéciale les 600 derniers modèles.

Une carrosserie bicolore, de la place pour transporter jusqu’à huit personnes. Il y a plus de cinquante ans, le premier modèle de “Kombi” sortait de l’usine de Volkswagen à Hanovre, en Allemagne. Aujourd’hui, il vit ses derniers instants. Le constructeur automobile a lancé une édition spéciale de 600 unités de son véhicule utilitaire, avant d’arrêter la production de ce modèle.

Pour des renseignements généraux, vous pouvez me contacter afin d’importer un Volkswagen Combi ou Westfalia clés en mains, je me nomme Olivier Lambert et vous pouvez me joindre au bureau (514) 252-0352 ou sur mon cellulaire ((514) 978-7064. Nous pouvons vous aider dans tout les étapes d’importation de votre véhicule.

La “Kombi dernière édition” sera vendue au prix suggéré de 85.000 reais, soit quelque 38.000 dollars. “Produit au Brésil depuis 1957, le modèle Kombi est celui qui a la plus grande longévité de l’histoire de l’industrie automobile”, affirme Volkswagen.

Parallèlement à la célèbre “Coccinelle”, ce véhicule utilitaire a lancé la production de Volkswagen au Brésil. Dans ce pays, ce modèle était connu sous le nom de ‘Kombi’, une abréviation de ‘Kombinationsfahrzeug’ ou véhicule combiné pour le transport de passagers et de cargaisons.

Vous pouvez nous contacter également par courriel afin que nous puissions vous aider dans le processus d’importation de votre Volkswagen Combi ou Westfalia clés en mains!

Notre courriel jeff@quebec-usa.com

Le Brésil est l’unique pays où cet utilitaire était encore produit. Il avait été exporté à partir de 1970 vers l’Algérie, l’Argentine, le Chili, le Pérou, le Mexique, le Nigeria, le Venezuela et l’Uruguay.

Entre septembre 1957 et juillet 2013, 1,5 million de Kombi ont été fabriqués par Volkswagen dans son usine de São Bernardo do Campo, dans l’Etat de Sao Paulo.

2012-Volkswagen-Kombi-Side-View
Source: Les infos de Trends-Tendances

Acheter aux États-Unis redevient intéressant

Acheter aux États-Unis redevient intéressant

Très bon texte trouvé sur Cyberpress écrit par Raymond Gervais.

Et c’est reparti! Avec la hausse de la devise canadienne face au dollar américain, de plus en plus de Canadiens traversent la frontière pour magasiner leur nouvelle voiture. Les irritants rencontrés en 2008 portant sur la certification canadienne de certains véhicules américains étant corrigés, moins d’obstacles se dressent maintenant devant l’importation d’un véhicule en provenance des États-Unis.

Les plus récentes statistiques de Transports Canada démontrent clairement la tendance.

Depuis le mois de novembre dernier, les achats d’automobiles outre frontière ont doublé. Durant le seul mois de mars, 14 292 véhicules automobiles ont été achetés aux États-Unis par des Canadiens, contre 7001 pour la même période l’an dernier.

Je vous offre un service d’importation clés en main, contactez-moi au (514) 252-0352 ou mon cellulaire ((514) 978-7064 je me nomme Olivier Lambert

Même si ces chiffres peuvent paraître éloquents, nous sommes encore bien loin du nombre record de voitures importées en 2007-2008, lorsque pour la première fois depuis fort longtemps, le huard avait atteint la parité avec la devise américaine.

MERCEDES-BENZ ML 320 CDI À VENDRE, 55900$. VOIR À LA FIN DU TEXTE

Depuis deux ans, certains constructeurs automobiles ont ajusté à la baisse le prix de leurs véhicules vendus au Canada dans l’espoir de conserver leur clientèle de ce côté du 48e parallèle et de s’ajuster par rapport à la valeur du huard. C’est notamment le cas chez Volkswagen, Volvo, Lexus et Mercedes-Benz, mais l’écart reste tout de même important pour certains modèles et marques.

Peu importe les ajustements que les constructeurs peuvent faire et les rabais promotionnels offerts, le prix de détail suggéré par le constructeur sera toujours plus élevé ici que chez nos voisins du Sud, notamment à cause de l’importance du marché américain.

Selon les données du Registraire des véhicules importés (RVI), l’engouement des Canadiens pour l’acquisition d’un véhicule aux États-Unis a connu un pic entre les mois de juillet 2007 et juillet 2008 avec un sommet de 31 458 véhicules vendus en mai 2008 pour un total de 239 929 durant l’année, du jamais vu.

Économies substantielles

Ce qui était vrai il y a deux ans l’est encore aujourd’hui. Selon George Iny, de l’Association pour la protection des automobilistes (APA), des économies substantielles pouvant atteindre de 3000$ à 15 000$ peuvent être réalisées au moment d’un achat outre frontière. Cela dépend de la marque, du modèle et de l’équipement de la voiture convoitée.

Mais attention, l’exercice ne vaut pas la peine pour une automobile dont le prix est inférieur à 30 000$ au Canada, précise l’APA. L’économie réalisée serait alors annulée par les frais de douanes auxquels s’ajoutent la TPS et la TVQ, ainsi que par les frais que vous devrez débourser afin de rendre votre véhicule conforme aux normes canadiennes. Ces frais oscillent généralement entre 200$ et 1500$.

Brian J. McBride, concessionnaire Subaru et Chevrolet à Plattsburgh dans l’État de New York, a vendu 12 Subaru à des Québécois au cours du mois d’avril, alors qu’en 2009, il n’en avait vendu aucune. M. McBride est catégorique, une Subaru de modèle Outback ou Legacy se vend de 7000$ à 8000$ moins cher aux États-Unis qu’au Canada.

«Ce sont les modèles haut de gamme avec assises en cuir, toit ouvrant et système de navigation qui se vendent le mieux. La demande est telle pour ces modèles que j’éprouve des problèmes d’approvisionnement», a précisé le concessionnaire américain.

Mais ce ne sont pas tous les constructeurs qui permettent aux concessionnaires de vendre des véhicules à des étrangers. Le contraire serait plutôt vrai.

Par exemple, General Motors USA interdit toujours à ses concessionnaires de vendre des voitures neuves à des Canadiens. Chrysler, pour sa part, interdit non seulement la vente de ses produits aux non-résidants, mais annule des deux côtés de la frontière la garantie du véhicule le cas échéant.

Même son de cloche chez Toyota et Honda, qui interdisent à leurs concessionnaires de vendre un véhicule à un non-résidant.

Ford est actuellement le seul constructeur américain qui permet la vente de ses véhicules à des Canadiens et qui honore la garantie.
MERCEDES-BENZ ML 320 CDI
MERCEDES-BENZ ML 320 CDI, TURBO DIESEL, AUTOMATIQUE 7 VITESSES, PREMIUM PACKAGE, SYSTEME DE NAVIGATION, CAMÉRA DE RECUL, VALISE ÉLECTRIQUE, IPOD/MP3, SYSTEME DE SON HARMAN/KARDON, SIÈGES AVANT ÉLECTRIQUE, BLUETOOTH, CHAUFFAGE/CLIMATISATION AUTOMATIQUE ET BI-ZONE, TOIT OUVRANT, ROUES MERCEDEZ EN ALLIAGE DE 19 PO, VÉHICULE JAMAIS ACCIDENTÉ, PEINTURE ORIGINAL, AUTOCHECK DISPONIBLE, CONDITION SHOWROOM, 24419 KM FINANCEMENT DISPONIBLE SUR PLACE CONTACTEZ NOUS AU 514-978-7064 OU AU 252-339-3991
55900$


55900$