Comment importer une voiture japonaise RHD et JDM au Québec

Comment importer une voiture japonaise RHD et JDM au Québec

Il est possible d’importer au Quebec des véhicules RHD et JDM (Japanese domestic market) du japon, le véhicule doit avoir 25 ans et il sera importable et plaquable au Québec.

L’import, le transport, le dédouanage d’une voiture japonaise prend environ de 2 à 4 mois . Amerxport est en mesure d’importer votre JDM/RHD japonaise de A à Z ou alors de reprendre une importation/dédouane en cours.

Pour importer une voiture japonaise JDM et RHD vous pouvez nous contacter au Bureau (514) 252-0352 Cellulaire ((514) 978-7064

Vous avez un projet d’importation de voiture japonaise, type Nissan Skyline GTR, Toyota Supra, Honda NSX, Mazda RX7… n’hésitez pas à nous contacter, nous disposons d’un large choix de véhicules directement en provenance du Japon.

Nos véhicules sont contrôlés, vérifiés, et préparés pour l’export. Notre équipe se charge ensuite de toutes les démarches administratives, du transport et de la logistique, de la réception et par la suite du plaquage du véhicule.

Votre véhicule, clés en mains, vous est livrés directement au Quebec, et sans surcoût.

1994 Toyota Supra

1994 Toyota Supra

JDM (Japanese domestic market)

Le terme JDM, pour « Japanese Domestic Market » (en français « marché interne japonais »), ou J-Spec (Japanese Specification), fait référence à l’ensemble des véhicules et des pièces préparés au Japon. En raison de la réglementation japonaise sur la sécurité routière, toutes les voitures japonaises ont, entre autres, une vitesse maximale de 190 km/h et une puissance maximale de 280 ch, même s’ils seraient techniquement en mesure de les dépasser. Dans le domaine du tuning à l’extérieur du Japon, le JDM constitue donc les modifications apportées à une voiture de marque japonaise pour se conformer aux préférences du marché japonais, ou encore l’importation d’un véhicule provenant du Japon.

Lois canadiennes sur les voitures importées
Depuis 2006, au Canada, il est légal de conduire une voiture importée, quelle que soit sa provenance, incluant les pays où l’on conduit sur le côté gauche de la voie. Plutôt que de faire affaire avec un concessionnaire de voitures importées ou exotiques, il est possible de faire passer individuellement une inspection technique à un véhicule importé pour l’immatriculer. Cependant, certaines compagnies d’assurances se réservent le droit de ne pas les assurer, et il est illégal de conduire une automobile non-assurée sur la voie publique.

Exception au Québec
Depuis avril 2010, une loi interdit l’immatriculation d’une voiture possédant un poste de conduite à droite, si celle-ci n’a pas été achetée avant le 29 avril 2009 et immatriculée avant le 31 mars 2011. Tous les véhicules immatriculés au Québec avant cette date conservent le droit de circuler et d’être revendus1. Les voitures importées qui ont plus de 25 ans peuvent être immatriculées dans la province.

Véhicule avec conduite à droite: Code de la sécurité routière est inapplicable

Véhicule avec conduite à droite: Code de la sécurité routière est inapplicable

Plus nous avançons et plus nous démontrons que le surrisque des voitures avec le volant à droite est causé par l’attitude du conducteur et non par les spécifications de la voiture.

Pour que la ministre Julie Boulet puisse interdire les véhicules avec poste de conduite à droite, l’article 633.1 devrait se lire comme suit:

Le ministre peut, par arrêté, après consultation de la Société, restreindre ou interdire, pour une durée maximale de 180 jours, l’accès aux chemins publics à tout modèle ou à toute catégorie de véhicule dont leurs conducteurs constitue un risque pour la sécurité des personnes ou des biens.

Ce n’est pas le cas; il se lit comme suit:

Le ministre peut, par arrêté, après consultation de la Société, restreindre ou interdire, pour une durée maximale de 180 jours, l’accès aux chemins publics à tout modèle ou à toute catégorie de véhicule qui constitue un risque pour la sécurité des personnes ou des biens.

Toyota Supra 1994

Un véhicule Toyota dont la pédale d’accélérateur reste coincée constitue un risque pour la sécurité. L’article 633.1 est donc applicable dans ce cas. Pour une catégorie de véhicule avec une plus grande proportion de propriétaires qui ont un comportement imprudent au volant, rien ne peut être fait avec cet article. Ce qui est le plus troublant est lorsque l’on sait qui a fait adopter cet article en 2007…
Qu’à cela ne tienne, il devrait y avoir un 3e arrêté

On a apprit d’une source que vendredi prochain, le 23 avril, serait publié dans la gazette officielle un arrêté qui entrera en vigueur le lendemain sans toutefois obtenir plus de détails.

Est-ce pour un autre prolongement de 180 jours du moratoire? Est-ce pour rendre permanent l’arrêté du 26 octobre? Quoi qu’il en soit, l’APVIQ ne baissera pas les bras. Dans une éventualité comme dans l’autre, nos plans ont déjà été établis depuis longtemps.

APVIQ – Association des propriétaires de véhicules importés du Québec http://www.apviq.ca/

Article original : http://www.apviq.ca/?p=510