France: Comment importer une voiture Américaine ou Canadienne en France

France: Comment importer une voiture Américaine ou Canadienne en France

Vous avez repéré un camion, une voiture, un VR, un tracteur ou tout autres véhicules aux Etats-Unis ou au Canada et vous souhaiteriez l’importer en France, voici les démarches à suivre.

DODGE RAM 3500 DIESEL 4X4 France

DODGE RAM 3500 DIESEL 4X4

Pour importer un camion, une voiture, un VR, un tracteur ou tout autres véhicules en provenance des Etats-Unis ou du Canada vous pouvez nous contacter au Bureau (450) 252-0352 cellulaire (514) 978-7064 et par notre fiche de contact. Notre équipe de spécialistes vous aidera dans toute les procedures d’importation.

Procédure d’importation d’une voiture américaine en France

Voici quelques éléments importants à ne pas négliger :

1 – Le prix de la voiture américaine en dollars affiché aux Canada ou aux USA est un prix Hors Taxes, vous devrez donc vous acquitter des taxes locales afin de réaliser votre achat, par contre en utilisant nos services chez Amerxport, étant donné que nous avons un licence de concessionnaire, nous pouvons récupérer cette taxe et ne pas avoir à vous la charger.

2 – Vous devrez absolument obtenir l’immatriculation Américaine ou Canadienne. Sans cette formalité, le véhicule importé ne pourra jamais obtenir une homologation Française.

3 – Au coût initial du véhicule, il faudra ajouter : le transport terrestre américain (de la concession jusqu’au port) et français (du port vers votre domicile), le transport maritime, l’assurance maritime, le calage du véhicule dans le container.

4 – Vous devrez avoir un transitaire américain, et un transitaire français pour accomplir toutes les démarches administratives liées à l’importation du véhicule. Nous avons une association avec un transitaire Canadien et Américain et nous sommes en contact avec un transitaire Français, nous pouvons donc s’occuper de cela.

5 – A l’arrivée du container au port, se rajouteront des frais de dépotage.

Hennessy 25th Anniversary Edition Ford Mustang GT 800

Hennessy Ford Mustang GT 800

6 – Votre transitaire français, calculera les droits de douanes ainsi que la TVA dont vous devrez vous acquitter. A savoir : le prix du véhicule américain + le transport maritime, qu’il faudra multiplié par 10% de taxes de douanes pour une voiture ou 22% pour un Pick-up. Sur ce montant s’ajoutera la TVA.

7 – Une fois votre véhicule réceptionné, vous devrez vous occuper des démarches d’homologation en sachant que les normes Françaises sont de plus en plus strictes et que pour y aboutir seul, vous devrez y consacrer beaucoup d’énergie sans avoir l’assurance d’y arriver. Ces démarches d’homologation incluent : le montage du dossier technique, les demandes de différentes attestations, le Rendez-vous à l’UTAC afin d’accomplir les cinq tests obligatoires (niveau sonore, freinage simplifié, champ de rétrovision, émission des polluants, pesée), la mise en conformité du véhicule (de plus en plus difficile avec le multiplexage des véhicules), enfin le contrôle du véhicule par l’inspecteur des mines.

8 – Nous vous rappelons qu’un véhicule américain acheté aux USA ou au Canada perd sa garantie constructeur en Europe.

Tous ces procédures semblent compliqué? Chez Amerxport, nous nous occupons de tout ces procédures pour vous. De l’achat du véhicule en Amérique, en passant par le transport et homologation Européenne du véhicule. Vous pouvez nous contacter au Bureau (450) 252-0352 Cellulaire (514) 978-7064 afin d’avoir plus d’information sur l’importation de votre véhicule en France.

Renault Captur: la première information

Renault Captur: la première information
Renault Captur

Renault Captur

Au dire des critiques d’automobile, notamment les cross-overs compacts tels que Nissan Juke et Opel Mokka, se serviront de la demande constamment augmentée dans cet année et dans les années ultérieures.

Les ventes des cross-overs compacts grandissent par les rythmes gigantesques. Renault Captur sera construit sur la base de Nissan Juke et du Renault Clio d’une nouvelle génération. Cependant Juke a une image très originale, à cause de laquelle ou on l’aime beaucoup, ou on ne l’achètera jamais. L’image du Renault Captur n’est pas si “baroque”, probablement elle est universel, elle plaît aux hommes, ainsi que aux femmes.

juke-captur

Probablement, l’extérieure du Renault Captur rappelle le Renault Clio, cependant les dimensions sont presque comme au Nissan Juke. La longeur – 4120 mm, Juke à– 4135 mm. Cependant le salon de Captur sera considérablement plus grand (le salon du Juke ne se distingue pas par la capacité), on réussit à atteindre cela aux frais de la conception modulaire du salon. Aussi la nouveauté de Renault peut se vanter du coffre arrière assez spacieux.

Le salon de l’automobile sera équipé de derrières dires de la technique. Ce sont l’écran tactil coloré de 7 pouces, 6 dynamiques, tous les lève-glaces, le régulateur de vitesse, le climatiseur, 6 coussins de la sécurité, ce ne sont pas encore toutes les fonctions de l’automobile.

On n’a pas encore beaucoup de détails techniques. En Europe l’automobile aura quelques moteurs de benzine ce sont de 0,9 et 1,2 litres (74 et 90 chevaux), ainsi qu’il y aura deux variantes de moteur Diesel (75 et 90 chevaux), à propos, les derniers sont très économes, la dépense sur 100 km de la voie, dans le cycle mélangé, est près de 5 litres. Ce cross-over aura le mandat d’amener complet, quand même, parce que Nissan Juke a le mandat d’amener complet. Renault Captur a un très grand intérêt en Europe. Toute l’information se découvrira déjà en 2013.

Source: www.piecesauto24.com

France: fiscalité applicable lors de l’importation d’un véhicule de collection

France: fiscalité applicable lors de l’importation d’un véhicule de collection

url

Cette article provient du site Net-iris Le Droit à l’information juridique.

Nouveaux critères permettant de faire bénéficier un véhicule de collection du régime dérogatoire de dédouanement de frais de douanes.

En application de l’article 278 septies du Code général des impôts, les importations d’objets de collection sont frappés par le taux réduit de TVA de 10% à compter du 1er janvier 2013 (7% avant l’adoption de l’article 68 de la dernière loi de Finances rectificative pour 2012).
Il résulte de l’article 98 A III de l’annexe III au Code général des impôts que sont considérés comme objets de collection les biens suivants, à l’exception des biens neufs : collection présentant un intérêt historique, ethnographique, etc.

Pour importer un véhicule de collection au Québec ou en Europe, vous pouvez me contacter, je me nomme Olivier Lambert et vous pouvez me joindre au bureau (450) 339-3991 ou sur mon cellulaire (514) 978-7064. Nous pouvons vous aider dans toutes les étapes d’importation d’un véhicule de collection.

Selon le ministère de l’Economie, dans une circulaire du 16 janvier 2013, il ressort de ces dispositions qu’un véhicule ne peut être qualifié d’objet de collection (position tarifaire 9705) que s’il présente, à la fois, les qualités requises pour être admis au sein d’une collection, et un intérêt historique ou ethnographique.

Précisant que les critères qui étaient prévus par la doctrine administrative de 1991 ne sont plus applicables, la circulaire informe les opérateurs et les particuliers, d’une part, des critères applicables pour qu’un véhicule puisse être qualifié de véhicule de collection présentant un intérêt historique, et d’autre part, des modalités de dédouanement.

231624-large-0-remiser

Les nouvelles dispositions sont applicables à compter du 23 janvier 2013.
Critères requis en 2013 pour prétendre à la qualification de véhicule de collection

Tout d’abord, le véhicule doit remplir les critères pour être considéré comme un objet de collection.
Dans deux arrêts du 10 octobre 1985 (affaire C-200-84 et C-252-84) la Cour de Justice de l’Union Européenne définit les objets de collection au sens de la position 9705 du tarif douanier comme étant ceux qui présentent les qualités suivantes :

être relativement rares ;
ne pas être normalement utilisés conformément à leur destination initiale (sans exclure pour autant que leurs qualités fonctionnelles puissent rester intactes) ;
faire l’objet de transactions spéciales en dehors du commerce habituel des objets similaires utilisables ;
avoir une valeur relativement élevée.

Ces critères cumulatifs qui s’appliquent à titre général à tout objet doivent également être retenus pour caractériser un véhicule de collection.

Ensuite, le véhicule doit présenter un intérêt historique. Désormais, il ne suffit pas qu’un objet satisfasse aux seuls critères des “objets pour collections”, à savoir qu’il présente uniquement les qualités requises pour être admis au sein d’une collection, il doit encore présenter un intérêt historique ou ethnographique.
Ces deux conditions doivent être remplies cumulativement, de sorte que le véhicule doit remplir les critères pour être considéré comme un objet de collection et présenter un intérêt historique. Ces deux critères sont d’ailleurs repris expressément par les notes explicatives de la nomenclature combinée de l’Union européenne concernant la position 9705 (JOUE du 6 mai 2011).
Le critère de l’intérêt historique ou ethnographique

Selon la jurisprudence de la CJUE (affaire C-259/97 3 décembre 1998) sont présumés présenter un intérêt historique ou ethnographique les véhicules automobiles qui :

se trouvent dans leur état d’origine, sans changement substantiel des châssis, système de direction ou de freinage, moteur, etc.,
sont âgés d’au moins 30 ans ;
correspondent à un modèle ou type dont la production a cessé.

6203272408_b3cb709e35_b-630x0

Ils sont constitutifs d’une simple présomption.

Ainsi, la CJUE comme les Notes Explicatives de la nomenclature combinée précisent que les véhicules automobiles pour lesquels l’administration des douanes établit qu’ils ne marquent pas une étape caractéristique de l’évolution des réalisations humaines, ou n’illustrent pas une période de cette évolution, sont considérés comme ne présentant pas un intérêt historique ou ethnographique et sont exclus de la position tarifaire 9705 00 00 “véhicules de collection”.

Cette définition du véhicule présentant un intérêt historique ou ethnographique ne saurait être exhaustive. Sont également compris en tant que spécimens pour collections présentant un intérêt historique :

les véhicules automobiles dont, quelle que soit la date de leur fabrication, il peut être prouvé qu’ils ont participé à un événement historique ou appartenu à un personnage célèbre (ex : une star de cinéma) ;
les véhicules automobiles de compétition, dont il peut être prouvé qu’ils ont été conçus, construits et utilisés exclusivement pour la compétition et qu’ils possèdent un palmarès sportif significatif acquis lors d’événements nationaux ou internationaux prestigieux (ex : véhicule ayant gagné les 24H du Mans).

Les articles utilisés comme pièces détachées ou accessoires pour les véhicules susmentionnés sont classés dans cette position s’ils sont eux-mêmes des objets de collection, qu’ils soient ou non destinés à être installés dans ces véhicules.

La réalité de ces faits peut être prouvée par tout document approprié, notamment par des catalogues, des revues spécialisées ou des rapports établis par des experts reconnus.

Les motocyclettes lorsqu’elles remplissent les conditions définies précédemment peuvent également être qualifiées d’objets de collection. En revanche, les répliques sont exclues dans tous les cas.
Les modalités de dédouanement

Sous réserve de satisfaire aux critères énoncés supra, le véhicule peut être dédouané en tant que véhicule de collection (position 9705).

Le Cana V149 doit être sollicité pour bénéficier du taux réduit de TVA. Le véhicule bénéficie d’une exemption de droits de douane.

La possibilité de dédouaner un véhicule ancien à la position 8703 en sollicitant le Cana V161 (avec le renvoi 63026) est désormais supprimée.

Source: Net-iris Le Droit à l’information juridique

Les Européens rachètent les autos soldées des Américains

L’importation depuis les Etats-Unis permet des gains de 30% sur les marques européennes haut de gamme.

Le Temps
Vendredi 13 juin 2008

Toujours plus d’acheteurs européens profitent de la faiblesse du dollar pour importer des voitures neuves ou d’occasion depuis les Etats-Unis.

En comptant les frais de transport, d’homologation et les taxes, «l’importation directe permet d’économiser 20 à 30% sur le prix catalogue», explique Patrick Guldin, directeur de la société T-Car à Echallens, un des importateurs spécialisés dans ce créneau.

L’importation depuis les Etats-Unis s’avère particulièrement intéressante pour des marques européennes haut de gamme comme BMW (BMW.XE), Mercedes et Audi.

Le gain réalisé grâce au dollar s’ajoute à la «grande disponibilité de véhicules aux Etats-Unis», explique Patrick Guldin.

Les tarifs des constructeurs européens s’avèrent nettement plus attractifs sur le marché américain, très concurrentiel, et où les ventes de voitures de luxe sont en net recul. Une Porsche Boxter S vendue 46000 dollars (48000 francs) aux Etats-Unis s’affiche à un premier prix de 82000 francs en Suisse. Les constructeurs européens interdisent à leurs franchisés américains de vendre des voitures à l’étranger, ce qui oblige les acheteurs en Europe à faire appel à des sociétés spécialisées comme T-Car, qui restent discrètes sur l’identité de leurs intermédiaires sur place.

L’importation depuis les Etats-Unis de voitures européennes d’occasion connaît également un succès grandissant. Le site AutoImportUSA.com, créé par des Français à Washington, fait transporter chaque mois une trentaine de Porsche et de BMW vers la Belgique et la France. Les Canadiens de AutoExport.com, un site d’enchères réservé aux voitures d’occasion, exportent aujourd’hui 2000 véhicules par année contre 500 il y a deux ans. La société allemande Kalkofen Gbr reçoit chaque année 3000 véhicules importés des Etats-Unis pour les adapter aux normes européennes. Sur ce nombre, 40% sont de marque européenne.

Le ralentissement de la conjoncture aux Etats-Unis permet également aux acheteurs européens de se procurer des marques américaines à bas prix. Selon Patrick Guldin, ces constructeurs se retrouvent aujourd’hui avec «des stocks très importants sur les bras», et sont incités à casser les prix pour les écouler en Europe.

Le garage genevois Grimm, importateur officiel des marques américaines, solde l’ensemble de ses modèles Cadillac, Chevrolet ou la nouvelle Ford Mustang «Bullit», avec des réductions de 20% sur le prix catalogue.

Procédure d’importation d’une voiture américaine en France

Procédure d’importation d’une voiture américaine en France

Nous pouvons vous aider a importer votre véhicule de rêve au canada , Au Québec ou partout en Europe, nous nous occupons de tout le procéder!

pour me contacter vous pouvez utiliser l’application pour me contacter ici à gauche sur ma page sinon directement par email au :[email protected] et je suis facilement joignable par téléphone à tout les presque à tout les jours entre 16h00 et 19h00 au : (450) 339-3991 ou mon cellulaire (514) 978-7064 je me prénomme Jean François
voici les information nécessaire ci jamais vous prévoyez importer une voiture en Europe tout particulièrement vers la France.

Cuda AAR

Cuda AAR

Vous avez repéré un véhicule américain aux Etats-Unis ou au Canada et vous souhaitez l’importer en France ?
Voici quelques éléments importants que vous ne devez pas négliger :

1- Le prix de la voiture américaine en dollars affiché aux Canada ou aux USA est un prix Hors Taxes, vous devez vous acquitter des taxes locales afin de réaliser votre achat.

2- Vous devez absolument obtenir l’immatriculation américaine dans le pays d’origine. Sans cette formalité, le véhicule importé ne pourra jamais obtenir une homologation Française

3 – Au coût initial du véhicule il faut rajouter : le transport terrestre américain (de la concession jusqu’au port) et Français (du port vers votre domicile). Le transport maritime, l’assurance maritime, le calage du véhicule dans le container.

4- Vous devez avoir un transitaire américain, et un transitaire Français pour accomplir toutes les démarches administratives liées à l’importation d’un véhicule américain.

5- A l’arrivée du container au port, se rajouterons des frais de dépotage.

6- Votre transitaire calculera les taxes de douanes et la TVA dont vous devrez vous acquitter. Soit : Le prix du véhicule américain + le transport maritime, le tout multiplié par 10% de taxes de douanes pour une voiture ou 22% pour un Pick-up. Sur ce montant se rajoutera 19,6% de TVA.

7- Une fois votre véhicule réceptionné, vous devrez vous occuper des démarches d’homologation en sachant que les normes FR sont de plus en plus strictes et que pour aboutir seul, vous devrez y consacrer beaucoup d’énergie sans avoir l’assurance d’y arriver. Ces démarches d’homologation incluent : le montage du dossier technique, demandes de différentes attestations, RDV à l’UTAC pour accomplir les 5 tests obligatoires : Niveau sonore, freinage simplifié, champ de rétrovision, pollution, pesée. Mise aux normes Française du véhicule (de plus en plus difficile avec le multiplexage des véhicules), et enfin contrôle du véhicule par l’inspecteur des mines.

8- De plus nous vous rappelons qu’un véhicule américain acheté aux USA ou au Canada perd sa garantie constructeur en Europe.